Votre panier couleur bretagne

jeudi 5 octobre 2006

Qui sommes nous ?

Nous sommes tous les deux étudiants en 3ème  année d'IUP Génie Biologique à l'université de Rennes 1. Simon est orienté production animale, Fabien est plus production végétale. Ce qui nous a motivé pour entreprendre ce projet ? C'est notre intérêt commun pour le monde agricole. Nous n'avons pas la même approche de part de notre vécu différent, mais au final, une chose est sûre : l'agriculture doit s'adapter à l'évolution certaine de son activité.

Posté par bienvu à 16:42 - Commentaires [0] - Permalien [#]


Notre projet

Le projet

Les agriculteurs voient leur profession évoluer avec le nouveau contexte économique (évolution de la PAC notamment). Tous ne pouvant pas évoluer par un accroissement de l'activité, une des voies proposées peut être de diversifier les circuits de commercialisation dans le but d’accroître la valeur ajoutée des produits. Dans ce contexte, nous souhaitons proposer une autre voie de distribution entre les grandes coopératives et la vente directe.

Notre projet est de créer une entreprise qui permet de faire le lien entre des producteurs agricoles et les consommateurs. Nous proposons de livrer les produits agricoles ou artisanaux aux clients directement sur leur lieu de travail.Notre lieu d'activité est l'Ille et Vilaine avec la zone de chalandise correspondant à l'agglomération rennaise.

Posté par bienvu à 18:41 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

samedi 7 octobre 2006

Et passeport bretagne alors ?


Rencontre avec Jean-Michel Guiraud, Professeur à l'université de Rennes 1

Rencontre_avec_Guiraud

Notre rencontre avec Jean-Michel Guiraud nous a permis de voir ce qu'attend :

- Un professeur engagé dans la professionnalisation des étudiants

- Un consommateur

Suite à la présentation de notre futur entreprise, nous avons ouvert le débat sur quelques points du projet.

Avec le projet, quelle est la cible client ?
Nous restons bien entendu sur le principe de livrer des clients sur des zones d'activités importantes. Un point par contre a été soulevé, celui de livrer aussi dans les campus. Nous n'avions pas pensé à cette clientèle alors que nous resterions exactement dans le même principe. Les campus sont en effet des sites d'activités où sont groupés de nombreux consommateurs.

Autre point abordé, celui de la qualité des produits. Comment le client pourra être sûr de la qualité des produits livrés ? A cette question, nous y avions déjà réfléchi. Le moyen d'assurer aux clients la qualité des produits qu'ils commandent, c'est de passer par une charte à laquelle les producteurs adhèrent. L'autre élément complémentaire, c'est de fournir par notre site des informations sur les producteurs (Page de présentation de l'exploitation,nouvelles informatives sur les changements, les nouveautés de produits, les certifications...).

Le rendez-vous c'est terminé sur le concours "Passeports Bretagne pour entreprendre". M. Guiraud nous a fait par de son optimisme pour notre projet. Nous allons donc présenter le projet.

Affaire en route...

Posté par bienvu à 19:13 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

mardi 10 octobre 2006

Comment gérer la logistique de l'activité ?


 Rencontre avec Micaël Fischer de Créativ (CCI de Rennes) 


Rencontre_Cr_ativ_

Aujourd'hui, nous sommes allés rencontrer M. Micaël Fischer de Créativ.

Cr_ativ_

Au programme : Présentation du projet de création de l'entreprise puis discussion des points forts et de ceux qui nous restent encore à améliorer.

Partant d'une présentation du concept de notre entreprise, Micaël Fischer a mis l'accent sur quelques éléments importants pour notre projet.

Un élément de la réussite de l'entreprise sera la gestion de la logistique.

Pour assurer la satisfaction des clients, il nous faudra assurer auprès des producteurs une garanti de qualité des produits vendus et une bonne évaluation et prévision des volumes.Le choix de partenariat avec les producteurs tournera autour de ces deux axes.

Autre point également abordé, les clients.

Comment estimer le marché potentiel de l'activité ? M. Micaël Fischer est revenu sur la notion de veille de la concurrence et du marché. Finalement, il nous reste à savoir si nos futurs clients sont ceux qui vont sur les marchés de producteurs, ceux qui vont chercher leurs produits directement chez les producteurs ou dans les magasins types bio-coop. D'un autre coté, sommes nous sur le marché des livraisons à domicile des grandes surfaces ?


Rencontre_Cr_ativ__2Nous avons une particularité dans notre projet, celle de toucher des consommateurs encore non satisfaits, ou partiellement. Nous ne pensons pas être directement en concurrence avec les autres voies de distribution de produits agricoles. Mais il nous reste à approfondir notamment ce point en entamant une autre phase du projet : le plan d'affaire ou le business plan pour les anglophones.


Sentiments ressentis pour le projet : encore un témoignage positif sur la crédibilité du projet. Rencontre constructive qui nous permet d'entamer la seconde étape du projet : l'étude de la faisabilité.

Posté par bienvu à 21:54 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

mercredi 11 octobre 2006

Entreprendre – des outils.



Visite du salon des Journées Régionales de la Création et Reprise d'Entreprise. (JRCE)

JRCE_0                                                                                                             JRCE_1

Première conférence des jeunes et la création d'entreprise.

                                                                                     

JRCE_2006__1_

Arrivés juste à l'heure, la salle de conférence est bien pleine.

Sur le thème de la conférence des jeunes et la création d'entreprise il s'en est dégagé plusieurs éléments importants pour créer son entreprise.

Tous d'abord, créer son entreprise c'est avoir une passion (au moins celle d'entreprendre) parce que le temps et l'énergie dépensée pour aboutir à la réalisation du projet est important.

Ensuite, ils ont tous exprimé leur goût du risque parce que réaliser un projet de création d'entreprise induit des risques. Ils ont bien appuyer sur le fait que "essayer, c'est prendre le risque d'échouer". Mais on nous a précisé qu'avec les moyens mis à notre disposition par les différents organismes tel que la CCI, experts des chambres des métiers et autres associations présentes au salon, les créateurs sont accompagnés dans cette prise de risque.

Autre point important pour certains créateurs, c'est l'aventure que génère un projet de création. Tout est nouveau, toutes les réglementations, connaissances du marché se font "sur le tas au fur et à mesure et parce qu'on est obligé de savoir si on veut réussir".

Par rapport aux banquiers, un mot est revenu fréquemment : La crédibilité. Pour ces créateurs, c'est surtout là que l'accompagnement dans les démarches est important. Il est plus facile d'avoir confiance en son projet lorsqu'il a été travaillé avec des professionnels ou spécialises.

Le dernier point sur lequel ils ont beaucoup insisté c'est le réseau. Il permet d'entrer sur le marcher dans de bonnes conditions, d'avoir des clients potentiellement rapidement.


Autre conférence intéressante, celle des nouvelles tendances et des secteurs porteurs.

Secteurs_porteurs_2

Partant à cette conférence avec comme objectifs de savoir si notre projet correspondait à un des secteurs, nous avons eu la confirmation que le concept de notre entreprise était dans les tendances. Entre autre intervention, celles de Laurent Edel et de Guillaume Richard ont été très pertinentes.

Laurent Edel est l'auteur du livre "Gagner sa vie en se faisant plaisir". Son objectif est de favoriser le développement de projets novateurs. Il a donné un exemple, celui des américaines qui se sont lancées dans le concept de cuisiner en groupe en repartant avec ses plats pour la semaine. Cela permet aux personnes de rencontrer d'autres personnes autour d'une cuisine.

Guillaume Richard (Dirigeant de O2) à présenté le marché du service à la personne, marché avec encore un énorme potentiel au regard des autres pays riches. D'après lui, le service à la personne représente aux EU près de 25% du PIB, tandis qu'en France, il n'est que de 7%.

Pour faire court sur cette conférence, le service est un axe de développement fort, sachant qu'il faut être avant tout un "facilitateur des clients".

Le bilan de cette conférence ? Notre concept se situe bien dans le créneau du service à la personne. Et notre objectif est bien celui-ci : donner du temps au client qui souhaite manger des produits locaux sans avoir à aller chercher ses produits.


Quelques stands visités

Tout d'abord celui de Bretagne Conseil.

C'est une association de l'Ecole Supérieur de Commerce de Rennes (Sup de Co) qui réalise, par les étudiants, les études de marché, les Business Plan et autres. Avantage, ils ont un département agroalimentaire pour les aides à la création d'entreprise mais je n'ai pas pu en savoir plus par manque de temps.

Celui du CNCPI.

Pas prévu dans les visites, cet entretien nous a permis de savoir toutes les démarches concernant la protection de la marque. La communication se faisant par Internet, il faudra protéger notre marque. Pour commencer, notre marque/logo pourra être protégé 10 ans. Il faut bien distinguer la marque de l'enseigne. L'une est protégée sur l'ensemble du territoire, l'autre ne concerne que la zone d'influence.

L'intérêt de faire des recherches et de déposer sa marque permet d'éviter la situation suivante : Celle de créer une activité, de faire de la communication sur le produit/service avec le visuel de la marque et de devoir, en cas de nom de domaine déjà utilisé, de devoir changer sa marque avec tout les coûts que cela engendre. Cette situation est particulièrement préjudiciable à l'entreprise si le produit/service est reconnu par les clients. Par exemple, des conséquences d'une telle situation : Les yaourts Bio de Danone qui ont dû passer à Activia. La communication a été très importante à la télévision, radio, etc. Mais si vous souhaitez des précisons sur le CNCPI, la marque, le modèle ou autre, il y a le site du CNCPI.